Istyablog : pour savoir en toute décontraction

Istyablog : pour savoir en toute décontraction

Nos cheveux peuvent-ils trahir ce que nous aimons manger ?

Cheveux.PNGLa réponse est  OUI ! En analysant la composition de nos cheveux, les scientifiques sont capables de déterminer notre régime alimentaire. C’est ce qu’ont prouvé en 2015 des chercheurs de l’Université d’Arizona (États-Unis), alors qu’ils étudiaient un groupe de 14 momies vieilles de deux mille ans, découvertes au Pérou.
Suivant la place d’un animal, dans la chaine alimentaire, le milieu dans lequel il vit, ou en fonction de la façon dont un légume, une céréale ou un fruit utilise l’énergie du soleil, les aliments contiennent différentes formes d’azote et de carbone, en proportions variables. Or, ces proportions, une fois les aliments ingurgités, se retrouvent également piégées dans nos cheveux ! Après un bon repas, l’azote et le carbone circulent en effet dans notre sang et vont nourrir toutes les cellules de notre corps, dont celles servant à fabriquer les cheveux.
Résultat, l’azote et le carbone passent dans nos cheveux et y restent jusqu’à ce que nous les coupions !
Grâce à cela, les scientifiques américains ont pu déterminer le type de régime que les momies suivaient dans les mois précédant leur mort. Ils ont ainsi trouvé qu’elles se nourrissaient essentiellement de produits animaux et végétaux issus de la mer. Elles consommaient aussi divers légumes et fruits, mais surtout du maïs, un aliment typique des Andes, où elles ont été trouvées, et qui est également utilisé lors des rituels.
Impossible, en revanche, de savoir ce que vous avez mangé précisément au dernier déjeuner : cette technique donne uniquement accès au régime alimentaire général (comme un régime végétarien, ou bien à base de poissons ou de viandes).



02/12/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 57 autres membres