Istyablog : pour savoir en toute décontraction

Istyablog : pour savoir en toute décontraction

Les phares vont-ils s'éteindre un jour ?

Phare.PNGA quoi bon éclairer nos côtes, puisque le GPS (Global Positioning System) permet de se situer sur n'importe quelle mer du monde ? La réponse est dans cette autre question : que se passe-t-il en cas de défaillance ? Panne du récepteur ou du système satellitaire, masquage du signal (falaises, goulets, ...), brouillage (accidentel ou malveillant). Car le risque de hacking est réel. En 2013, le chercheur américain Todd Humpreys a réussi à détourner un yacht en modifiant ses coordonnées GPS ! Le balisage en mer reste donc indispensable.

Notre littoral compte ainsi 134 phares, dont chacun possède des caractéristiques uniques  - type de faisceau lumineux, fréquence, couleur,... - permettant aux équipages de les identifier et de se positionner sur la carte. Toutes ces caractéristiques sont décrites dans le  Livre des feux (qui se trouve obligatoirement à bord des bateaux). Par exemple, un marin repérant deux éclats blancs successifs toutes les 10 secondes saura qu'il a en "vue" le phare du Creac'h, sur Ouessant.

Désormais automatisés, ces grands veilleurs ne sont plus gardés. Un système de télésurveillance fonctionne 24h/24. Pour prévenir les défaillances, les systèmes sont doublés (groupe électrogène, cartes électroniques réglant la rotation et le rythme du faisceau...). En cas de panne, un avis est envoyé à tous les navigateurs, et l'intervention se fait dans les plus brefs délais. Idem en cas d'arrêt de maintenance (deux fois par an ou après une tempête).



07/11/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 52 autres membres