Istyablog : pour savoir en toute décontraction

Istyablog : pour savoir en toute décontraction

Le financement du monde de la drogue et l'anonymat du bitcoin

image.png

Voilà deux points sur lesquels je voudrais revenir car ils me semblent importants et liés.
On lit souvent, et la croyance populaire le relaye largement, que le bitcoin est une crypto-monnaie anonyme et, de ce fait, largement utilisé pour financer le terrorisme ou le secteur de la drogue. Un raccourci qui me semble un peu rapide.... normal pour un raccourci !

 

Je pense que, hélas, le bitcoin souffre, encore de nos jours, de ses débuts chaotiques et notamment de la fameuse affaire Silk-Road (dont le patron Ross Ulbricht, alias Dread Pirate Roberts, fut arrêté par le FBI le 1er octobre 2013).
Toutes les opérations passées sur Silk Road (l'e-Bay de la drogue) se faisaient ... en bitcoins (via le la plateforme Mt-Gox... également tristement célèbre).
Et cette image du financement des milieux mafieux par la première crypto-monnaie est restée ancrée dans l'imaginaire populaire... que certains trouvent intérêt à entretenir !

 

Mais ces dernières années des règles ont été imposées notamment aux plateformes d'exchanges (celles sur lesquelles vous achetez et vendez les cryptos) afin de mieux connaître l'identité de leurs clients, ces mesures d’identification sont tout aussi rigoureuses que celles des banques en ligne. Essayez d'ouvrir un compte sur Poloniex, Kraken, Coinbase et vous comprendrez...

 

Dès lors que votre identité est connue sur les places de marchés il devient difficile - voire impossible - de convertir du bitcoin en monnaie fiat (Dollar, yen, euro,...).
Autre point important quant à l'anonymat du bitcoin. Cette crypto est-elle, dans sa conception réellement anonyme ?

 

Oui et … Non. Les transactions sont effectivement anonymes mais librement consultables sur la blockchain (grand livre de compte en ligne) tout en étant à jamais indélébiles (grand principe de base des blockchains). Lors des transactions seules les clés publiques (assimilables à une adresse postale) sont enregistrées dans la blockchain. Il n’y a donc pas de patronyme, mais plutôt des pseudonymes.
Par contre, une adresse qui reçoit et envoie des montants importants est identifiable et peut être mise sous surveillance par n'importe quel organisme officiel de lutte contre le terrorisme et le blanchiment d'argent. Il est tout de même assez facile de remonter jusqu’au détenteur, notamment via son compte en banque lorsque celui-ci convertit la crypto-monnaie en une autre devise ou via le site marchand en cas d'achat de produits .... et ce n'est pas ce que recherchent les organisations criminelles.

 

Il est, à mon sens, assez hypocrite de crier "haro sur le baudet" contre le bitcoin, alors qu'il est de notoriété public que le cash ne laisse pas de trace, sans parler du circuit offshore des grandes banques, régulièrement impliquées.
A croire que le dollar, l'euro, l'or, les diamants ne sont jamais utilisés par les syndicats du crime....



25/04/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 52 autres membres