Istyablog : pour savoir en toute décontraction

Istyablog : pour savoir en toute décontraction

Connaissez-vous la chimie verte ?

Jusqu'à il y a peu de jours je n'avais jamais entendu parler de la chimie verte.... mais, sans en connaître le nom, je savais de quoi il en retourne.

Le constat de départ est toujours le même : De plus en plus d'êtres humains peuplent la Terre ➡ des besoins plus importants ➡ une production toujours supérieure ➡ des déchets en forte hausse ➡ une dégradation de plus en plus marquée de la nature environnante.

Depuis le début de cette année 2019, j'ai écrit un certain nombre de posts ayant un rapport avec l'une de ces composantes :

 

image.png
Deviendrais-je écologiste ?

 

C'est pour tenter de contrecarrer tous ces maux, qu'en 1998, 2 chercheurs de l'Agence américaine pour l'environnement - Paul Anastas et John Warner - ont lancé la chimie verte.... ou, plus précisément, ont proposé un mode d'emploi en 12 points...

 

Les 12 principes fondateurs de la chimie verte

 

image.png

 

- Prévenir la pollution à la source : cela évitera d'investir ultérieurement...
- Économiser la matière première : que dire de plus ?
- Travailler dans des conditions plus sûres : en créant et utilisant des produits moins toxiques - voire pas du tout - tant pour l'humain que pour son environnement.
- Concevoir des produits chimiques moins toxiques : pour obtenir l'efficacité maximale conjuguée à la toxicité minimale.
- Utiliser des solvants non toxiques : en choisissant des substances alternatives et moins volatiles.
- Économiser de l'énergie : tellement évident.
- Utiliser des ressources renouvelables : c'est s'orienter vers des matières non fossiles...
- Réduire l'utilisation des molécules intermédiaires
- Préférer les procédés catalytiques aux procédés classiques
- Concevoir un produit chimique en vue de sa dégradation finale
- Analyser en temps réel les produits chimiques et leur empreinte dans l'environnement
- Développer une chimie fondamentalement plus sûre

 

Que du bon sens.... comment ne pas y adhérer ?

 

La chimie verte se propose donc d'optimiser l'efficacité et le coût énergétique des procédés, la diminution et le recyclage des matières premières, la réduction des déchets tout en combattant leurs impacts négatifs sur notre environnement. Un sacré challenge à relever pour la chimie du 21ème siècle !

La chimie verte fait le choix d'être en rupture avec la chimie traditionnelle en développant de nouveaux procédés technologiques moins énergivores et plus respectueux du monde qui nous entoure.

Ses principales actions

 

image.png
... nombreuses et variées...

 

Le champs d'action est très large mais les principales investigations portent sur :

 

- La limitation des émissions de CO2 avec la biomasse. Pour cela, la bactérie Clostridium phytofermentans pourrait être d'une grande utilité. En effet, cette petite bête permet de transformer, par fermentation, différents types de biomasse végétale en éthanol et en hydrogène.

- La réhabilitation des sols contaminés par des polluants ... et cela nous en avons vraiment besoin car si nous tuons nos sols comment ferons-nous pour survivre ? L'action, en ce domaine, consiste à privilégier désormais des technologies non invasives pour limiter l'impact sur l'environnement et l'écosystème. A titre d'exemple les Français ont développé un programme nommé Demeterres utilisé par les Japonais pour réhabiliter les sols de Fukushima. Et les résultats sont positifs ! �

- L'assistance par les micro-organismes tels les microbes et les micro-algues. Les microbes peuvent être utilisés pour éliminer les pesticides, et les micro-algues pour générer de l'énergie en transformant, par photosynthèse, l'énergie solaire en énergie chimique (pour permettre la production de biocarburants). Bien entendu, pour le moment, cela ne fonctionne pas à tous les coups ni sur tous les pesticides mais la voie semble tracée et royale.

- ...

image.png
Je trouve rassurant de savoir que des gens travaillent à chercher et trouver des solutions plus naturelles que celles de la chimie dite conventionnelle... et que des résultats notables sont obtenus. Ces recherches, si elles aboutissent - mais soyons optimistes - conduiront à une gestion plus durable et responsable de notre environnement.
Il convient donc de garder espoir et d'encourager cette chimie verte pour le plus grand bien de notre planète.


21/04/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 59 autres membres