Istyablog : pour savoir en toute décontraction

Istyablog : pour savoir en toute décontraction

100.000ème visiteur en ce samedi 6 juillet 2019 ... et puis s'en va !

Istyablog.PNG

 

L'histoire du site retiendra que c'est en ce samedi 6 juillet qu'istyablog.com a atteint le cap des 100.000 visiteurs. C'était l'objectif que je m'étais fixé lors de sa création.

Sa finalité était de mettre en avant des infos bien utiles qui auraient pu vous échapper ... et je crois qu'Istyablog a fait son job.

 

Un GRAND Merci à tous ceux qui ceux venus y flâner quelques instants.

 

L'objectif étant accompli, je clôturerai définitivement Istyablog à sa date anniversaire du 27/09. ...... sauf si quelqu'un veut l'acquérir pour 300 € et ainsi continuer l'aventure.


06/07/2019
0 Poster un commentaire

Blockchain : l'aide des explorateurs pour trouver et lire les infos (Partie 3 - les blocs)

Pour ceux qui n'auraient pas vu la partie 2 : https://www.istyablog.com/blockchain-l-aide-des-explorateurs-pour-trouver-et-lire-les-infos-partie-2-l-adresse-et-la-transaction

 

Nous avons examiné les adresses qui ensuite sont intégrées dans des transactions. Il nous reste à voir maintenant la troisième partie celle concernant les blocs qui contiennent un ensemble de transactions.

 

Pour illustrer les blocs nous allons en choisir un au hasard, par exemple le 525455 que vous allez saisir dans la rubrique de recherche ci-dessous … là où il y a la loupe .... à droite de l'écran !

 

image.png

Vous verrez alors apparaître les données suivantes :

 

image.png

 

Signification des différentes rubriques :

 

Hauteur : Numéro séquentiel du bloc (il augmente de +1 à chaque bloc validé par les mineurs). Le bloc Genesis était le bloc 0.

 

Hash : SHA256 du présent bloc ce qui représente 64 caractères alphanumériques (de 0 à 9 + a à f).

 

Bloc précédent : Hash du bloc précédent (c'est ce qui constitue la chaîne, car si un seul caractère du bloc précédent venait à être changé - par un hacker, par exemple - tous les blocs suivants en seraient donc immédiatement informés).
Si vous cliquez dessus vous arriverez bien au bloc N° 525454.

 

Bloc suivant : Hash du bloc suivant.
Si vous cliquez dessus vous arriverez bien au bloc N° 525456.

 

Date : Timestamp (Horodatage) du bloc.

 

Date réception : Date et heure du minage du bloc.

 

Relayé par : Entité qui a trouvé la solution du minage.

 

Difficulté : Paramètre utilisé par Bitcoin pour maintenir un temps moyen de dix minutes entre deux blocs. Ce paramètre, mis à jour automatiquement tous les 2016 blocs (environ deux semaines), peut évoluer à la hausse ou à la baisse pour s’adapter à la puissance de hachage du réseau.

 

Bits : Champ qui varie tous les 2016 blocs en même temps que le champs Difficulté. Vous pouvez zapper, pour le moment !

 

Nombre de transactions : Nombre de transactions contenues dans le présent bloc, soit 818.

 

Somme des outputs : Montant total des outputs ou des sorties soit 966,93086873 BTC pour ce bloc.

 

Volume estimé des transactions : Ce montant est toujours inférieur à la somme des outputs car il ne compte pas le montant des récompenses allouées aux mineurs.

 

Taille : C'est la taille du bloc examiné en Kbits.

 

Version : Version du protocole utilisé. Le bloc genèse était en version 1.

 

Racine de Merkle : Valeur de hachage de toutes les transactions contenues dans le bloc. Vous pouvez zapper et laisser cela aux cryptographes.

 

Nonce : Nombre cryptographique qui ne peut être utilisé qu'une seule fois et n'a qu'un seul but, celui d'aider à construire le hachage. Une fois qu'il a été utilisé, il ne peut plus jamais être réutilisé.

 

Récompense du bloc : ou Reward. Somme que reçoit le mineur en échange de son travail. Seul le mineur ayant validé le bloc les reçoit. Initialement fixé à 50 BTC, ce montant est divisé par 2 tous les 4 ans.

 

Frais des transactions : Commissions destinées aux mineurs du réseau qui valident tous les blocs et ses transactions respectives.

Pour voir le détail des transactions composant le bloc, il suffit de cliquer sur le lien hypertexte de la rubrique Hash.

 

Vous parviendrez alors sur l'écran suivant :

 

image.png

 

Désormais vous avez de nombreux éléments pour mieux assimiler les adresses qui se trouvent dans des transactions elles-mêmes regroupées dans des blocs.

A vous de jouer, et en retour, je vous remercie de me signaler toute inexactitude ou compléments bien utiles que vous auriez découverts.

04/07/2019
0 Poster un commentaire

Petit historique de l'histoire des syndicats

Syndicats.PNG
Peu à peu, les syndicats perdent tant de leur audience que de leur importance. Il est donc nécessaire de faire une petite rétrospective des dates importantes de leur histoire :

 

1791 : La loi Le Chapelier interdit toute forme d'association ouvrière ou patronale.

 

1864 : La loi Ollivier abolit le délit de coalition et reconnaît le droit de grève.

 

1884 : La loi Waldeck-Rousseau légalise les syndicats.

 

1895 : Création de la Confédération Générale du Travail (CGT).

 

1919 : Création de la Confédération Française des Travailleurs Chrétiens (CFTC).

 

1941 : Le régime de Vichy dissout les syndicats.

 

1943 : CGT et CFTC se reconstituent et luttent contre l'occupant nazi.

 

1944 : Création de la Confédération Générale des Cadres (CGC).

 

1948 : Fondation de la CGT-FO. La même année, les enseignants quittent la CGT et forment la Fédération de l’Éducation Nationale (FEN).

 

1964 : La CFDT (Confédération Française Démocratique du Travail) se détache de la CFTC, la jugeant trop inféodée à l’Église catholique.

 

1993 : Création de la FSU (Fédération syndicale unitaire), qui se détache de FEN. Cette même année, se forme l'UNSA, Union Nationale des Syndicats Autonomes dont la FEN et trois autres syndicats autonomes.

 

1995 : La CFDT soutient le gouvernement de droite contre le mouvement social. s'en détachent des éléments qui vont fonder SUD.

 

2010 : Pour la première fois de l'histoire, tous les syndicats appellent à manifester ensemble contre la réforme des retraites sous la présidence de Nicolas Sarkozy.


03/07/2019
0 Poster un commentaire

Blockchain : l'aide des explorateurs pour trouver et lire les infos (Partie 2 - l'adresse et la transaction)

Pour ceux qui n'auraient pas vu la partie 1 : https://www.istyablog.com/blockchain-l-aide-des-explorateurs-pour-trouver-et-lire-les-infos-partie-1

 

J'espère que la partie 1 ne vous a pas rebutés et que vous avez commencé à utiliser l'explorateur pour vous initier aux informations fournies par les blockchains et visibles par tous (au moins pour les blockchains publiques).
Probablement que vous avez dû constater que la transparence c'est bien ... tout en n'étant pas si transparent que cela.

 

L'adresse (d'envoi ou de réception des fonds)

Au préalable, il me semble bon de faire un petit rappel sur 3 notions que l'on a tendance à confondre, au moins au début : Clef privée, Clef publique, Adresse.

 

La clef privée est absolument personnelle et ne doit pas être divulguée. Elle permet d’initier une transaction en signant cryptographiquement le message à émettre.

 

La clef publique : Une clef publique va toujours de pair avec une clef privée. Lorsqu’un portefeuille effectue une transaction, il inclue la clef publique dans chaque signature. Les nœuds du réseau peuvent ensuite utiliser cette clef publique pour vérifier la signature.

 

L'adresse est un identifiant utilisé pour envoyer des cryptos à quelqu'un d'autre. Elle est déduite à partir de la clef publique et elle commence toujours, pour les bitcoins, par un 1. (Ceci étant, d'autres adresses commencent par 3 ce sont les adresses dites Pay-to-Script-Hash (P2SH), issues de scripts complexes).

 

La première adresse ayant reçu des BTC est : 1A1zP1eP5QGefi2DMPTfTL5SLmv7DivfNa

 

 

On va se servir de cette adresse pour la suite du présent mémo.

 

Après avoir lancer l’explorateur en cliquant sur le présent lien, on fait un copier/coller de l’adresse ci-dessus dans la fenêtre de recherche.

Si vous avez bien suivi, vous arrivez à l’écran suivant :

 

image.png

 

Il s’agit bien de la première adresse car elle est intitulée « Genesis of Bitcoin».

Le QR code est un facilitateur au cas où vous souhaiteriez utiliser cette adresse en évitant d’avoir à la ressaisir … avec les risques d’erreurs possibles.

 

Adresse : C’est l’adresse sur laquelle seront débités ou crédités les BTC.

 

Hash 160 : Il s’agit du hachage de la clef publique au format Hash 160. C'est la version de votre clé publique que vous donnez à d'autres personnes afin qu'elles puissent vous envoyer des bitcoins. Elle est plus courte que la clé publique d'origine et peut fournir une couche de sécurité supplémentaire pour vos bitcoins par rapport à la divulgation directe de votre clé publique.

 

C'est aussi fondamentalement la version "brute" d'une adresse. Vous pourrez vérifier par vous-même en utilisant le convertisseur d’adresse suivant : http://bitcoinvalued.com/tools.php

 

Nb de transactions : nombre de transactions ayant utilisé cette adresse (au jour où j’ai fait la hard-copy d’écran 1.637 transactions avaient fait référence à cette adresse). Le détail desdites transactions figure plus bas dans la même page.

 

 

Total reçu : Montant reçu par cette adresse (par contre il n’y a pas le montant envoyé vers des tiers depuis cette adresse).

Solde final : Différence entre les montants reçus ci-dessous et les montants versés. En aucun cas il ne peut être supérieur au total reçu.

 

2 boutons « Demande de paiement » et « Bouton de donation » vous permettront d’utiliser un formulaire pour établir une requête de paiement tandis que le second vous servira à obtenir un script pour réaliser, depuis votre page internet, une donation à l’adresse en cours (dans notre exemple la donation sera faite à l’adresse 1A1zP1eP5QGefi2DMPTfTL5SLmv7DivfNa).

 

Si vous scrollez l’écran (défilement de la page vers le bas), vous obtiendrez les informations suivantes :

 

image.png

 

Il s’agit de l’ensemble des transactions qui ont inclus l’adresse concernée, soit pour des paiements, soient pour des retraits.

 

Les Transactions

Pour visualiser les transactions nous allons poursuivre avec l'adresse suivante (car elle ne contient que 2 transactions, ce qui est plus simple) :

 

1Lr4XWQ5MAmRDUSGegHdQkMYrE6X448yz
Cliquez sur ce lien et vous pourrez voir le détail de l'adresse et les 2 transactions qui y sont rattachées :

 

image.png

 

J’ai entouré 3 informations, dont il est nécessaire de connaître la signification :

 

En noir : il s’agit de l’identifiant de la transaction (TXID ou ID). Il se compose de caractères alphanumériques et est essentiellement un numéro d'identification attribué à une transaction bitcoin. Chaque transaction effectuée sur la blockchain Bitcoin possède cet identifiant unique.
En rouge : C’est l’adresse émettrice du paiement (Il peut y en avoir plusieurs !).
En vert : C’est l’adresse réceptrice du paiement (Il peut y en avoir plusieurs !)

 

N.B : si l’adresse apparaît dans la partie gauche, il s’agit d’un débit (la flèche du sens apparaît alors en rouge image.png). Dans le cas contraire l’adresse sera créditée (et la flèche apparaîtra alors en vert image.png). Même jeu de couleur pour les montants.

 

Sur la partie droite sont spécifiées les adresses qui seront créditées et le montant en BTC.

 

Petite astuce : en passant la souris sur la zone « montant », il vous sera affiché la contre-valeur de celui-ci en dollars !

 

image.png

 

A quoi sert le filtre ?

 

Il ne vous aura pas échappé, qu'il est possible de filtrer les transactions selon un certain nombre de critères :

 

image.png
A vous de voir ce que donne chaque possibilité

Maintenant, je vous laisse bien ingurgiter tout cela, avant de détailler les blocs dans une partie 3.

 

A suivre ...


02/07/2019
0 Poster un commentaire

Le premier disque dur à ADN est opérationnel !

Disque dur ADN.PNGComment stocker nos quantités toujours plus grandes de données ? En remplaçant certains composants électroniques par de l'ADN. Cette molécule microscopique contient en effet 3 milliards de paires de bases (qui stockent notre information génétique), et peut se conserver des millions d'années. De là à l'intégrer dans une machine ? Voilà qui est fait !

Pour la première fois, une équipe de l'université de Washington (Seattle), en partenariat avec Microsoft, a créé un dispositif capable de stocker automatiquement des données sous forme d'ADN synthétique. Une sorte de disque dur au potentiel énorme : une microgouttelette d'ADN peut contenir jusqu'à 10 térabits, 10 fois plus qu'un disque dur standard ! Certes, ce prototype est lent, encombrant et cher. Mais en l'optimisant, d'ici quelques années, il gagnera en vitesse et fera la taille d'une boîte à chaussures ... nous promettent ses concepteurs. Les futurs data centers ne seront sans doute pas plus petits, mais pourraient conserver des millions de fois plus de données qu'aujourd'hui.


01/07/2019
0 Poster un commentaire

Mais c'est quoi l'holochain ?

Progressivement l'on commence tous à un peu mieux connaître la blockchain que d’aucuns appellent la 4ème Révolution industrielle.

 

Mais, récemment, j'ai pu assister à des conférences dans le cadre des Futur.e.s ou Festival de l'innovation numérique et durable à la Manufacture des Gobelins :

 

image.png

Dans le programme de ce festival consacré à l'innovation, une conférence avait attiré mon attention, d'autant qu'elle était libellée comme suit : "Vous aviez enfin compris la blockchain ? Dommage, voici l'holochain !

Incroyable, les blockchains seraient en passe d'être démodées ... avant même d'avoir fait leurs preuves !

 

Hélas, la présentation assurée par Jean-François Noubel (Chercheur en intelligence collective ) et Raphaël Briner (Designer & Entrepreneur Suisse) ne durait que 45' et cela passe très rapidement.

 

En introduction, il est spécifié le côté énergivore et même très énergivore des blockchains ... (ceci étant cela n'est vrai que pour les blockchains utilisant le consensus Proof of Work comme bitcoin ou Ethereum ... et encore, cette dernière devrait basculer, dans un avenir plus ou moins proche, vers le Proof of Stake).

 

Pour contrer ce gros désavantage ... Zorro est arrivé ... pardon, l'holochain va arriver.
Ses points forts par rapport aux blockchains : quasiment pas énergivore, plus vertueuse et vecteur d'une économie circulaire.

 

Dans les grandes lignes, l'holochain est une nouvelle technologie qui permettrait d’aller vers un Internet réellement décentralisé, ultra performant, n'utilisant pas de grand livre, ni d'intermédiaire.
En outre, elle est agent-centric (en français : centrée sur l'individu), et l'autorité est individuelle en matière de partage, d'accès et de stockage de données.

 

Mais j'avoue, qu'en si peu de temps, je n'ai pas pu saisir toutes les subtilités.
Heureusement il existe un white paper qui vous expliquera cela mieux que je ne le pourrais.

 

Affaire à suivre de près dans les toutes prochaines années puisque le concept devrait être lancé sur le marché dans les prochains mois de 2019.

Pour aller plus loin :


30/06/2019
0 Poster un commentaire

D'où vient l'expression : Etre le roi du pétrole ?

Roi du pétrole.PNGPour être sacré "Roi du pétrole", il faut avoir beaucoup profité d'une aubaine économique impromptue. Mais pourquoi le pétrole et pas une autre matière rare et chère ?

 

L'expression remonte à la fin du XIXème siècle, quand le pétrole est découvert et commence à être exploité comme source d'énergie, devenant rapidement "l'or noir". Chacun veut devenir un de ces perceurs de puits qui tirent des entrailles de la Terre les dollars par millions.

Les premiers hommes à exploiter le pétrole à une échelle industrielle sont George Bissell et Jonathan Eveleth, en 1855, en Pennsylvanie (États-Unis). Leur but est de distiller le pétrole brut, que l'on trouve facilement dans la région, en pétrole "lampant", c'est-à-dire en liquide pour les lampes à pétrole. Pour faciliter l'exploitation de cette nouvelle ressource, ils créent la première entreprise pétrolière, la Pennsylvania Rock Oil Company.

Ils créent également les premiers puits de forage de pétrole, que l'on excavait auparavant des mines. Cette nouvelle technique de forage augmente considérablement les productions de pétrole américain. Bissell et Eveleth ne se contentent pas d'exploiter le pétrole de Pennsylvanie : ils chargent un retraité des chemins de fer américains, Edwin Drake, de prospecter à travers tous les États-Unis à la recherche de gisements. Drake accomplit sa mission et produit les tout premiers barils de pétrole américains.

 

En 1859, les États-Unis produisent 274 tonnes de pétrole. Trois ans plus tard, ce seront 400.000 tonnes pour l'année 1862 (soit 3 millions de barils). Aujourd'hui, la production mondiale est de 83 millions de barils ... par jour.


29/06/2019
0 Poster un commentaire

C'est quoi les inégalités sociales ?

Inégalités sociales.PNGUne inégalité sociale correspond à une différence de situation entre des individus en raison de leurs ressources (éducation, revenus, capital social, ...) ou de leurs pratiques (santé, logement, situation d'emploi, ...), ces individus pouvant être classés hiérarchiquement.

 

Quelle différence avec la discrimination ? Une discrimination est une différence de traitement fondée sur un critère illégitime et donc prohibé (âge, sexe, handicap, ...). Les discriminations produisent des inégalités, mais les inégalités ne sont pas uniquement la conséquence des discriminations.

 

Quelles sont les principales inégalités ? Dans nos sociétés qui valorisent l'activité économique, les inégalités sociales prennent en partie la forme d'inégalités économiques. Toutefois, ces inégalités sociales ne se réduisent pas aux inégalités économiques. Citons quelques exemples de ressources socialement valorisées. La santé, par exemple, est un capital essentiel pour un individu. Or, il existe dans ce domaine des inégalités sociales entre individus, à la fois entre hommes et femmes et en fonction du milieu social. Autre exemple : l'accès aux professions. Elles ont un prestige spécifique plus ou moins élevé et l'accès à chacune d'elles n'est évidemment pas égalitaire. Troisième exemple : l'accès au diplôme favorisant l'entrée dans telle ou telle profession. On mesure également l'inégalité de l'espérance de vie ou encore les inégalités de revenus.

 

Quelles sont les inégalités de revenus en France ? En 2016, les 10 %  des personnes les plus modestes ont un niveau de vie inférieur à 11.040 euros annuels. A l'autre bout de l'échelle, les 10 % des personnes les plus aisées ont un niveau de vie supérieur à 37.570 euros. Les 20 % les plus modestes détiennent 8,9 % de la somme des niveaux de vie. Les 20 % les plus aisés en détiennent 37,9 %, soit 4,3 fois plus. L'indice de Gini, qui mesure le degré d'inégalité de la distribution des niveaux de vie est de 0,288 en 2016. Cet indice varie entre 0 et 1, la valeur 0 correspond à l'égalité parfaite.


28/06/2019
0 Poster un commentaire

Blockchain : l'aide des explorateurs pour trouver et lire les infos (Partie 1)

Vous connaissez probablement la définition classique d'une blockchain qui énonce :
"La blockchain est une technologie de stockage et de transmission d'informations, transparente, sécurisée, et fonctionnant sans organe central de contrôle (définition de Blockchain France)".

 

Aujourd'hui, je focalise sur le terme "transparent", car, en réalité cette transparence n'est visible que pour les initiés.

 

Avouez que de tomber sur un tel bloc, n'est guère parlant :

 

image.png

 

Et d'ailleurs, comment un profane peut-il trouver et consulter ce genre d'informations s'il n'a pas un peu d'assistance ?
Pas de panique, il existe, pour vous aider, ce que l'on appelle des explorateurs.
Avouons-le immédiatement, la transparence est plutôt floue et seuls les experts s'y sentiront à l'aise ... mais, au moins, vous saurez où trouver l'info...

 

Je vais donc utiliser un explorateur qui vous permettra de voir les blocs et les transactions de 3 blockchains : bitcoin, Ethereum, bitcoin Cash.

 

Par souci de simplification, nous examinerons le bitcoin ... à vous de faire le reste du chemin et nous enrichir de vos découvertes...

Se rendre à l’adresse suivante : https://www.blockchain.com/explorer

 

Cela nous permet de voir les blocs et/ou les transactions en cours. (Pour voir les blocs minés : cliquer sur le bouton "Afficher plus").

 

image.png

 

Hauteur du bloc : Nombre de blocs depuis le minage du bloc genèse de Bitcoin.
Age : Temps écoulé depuis qu’un bloc a été résolu concrètement.
Transactions : Nombre de transactions contenues dans le bloc.
Miner : Nom du pool qui a validé le bloc.
Taille : Taille globale du bloc obtenue par l’addition de la somme des tailles de chacune des transactions composant le bloc.

Pour avoir la liste des transactions non confirmées, il faut cliquer sur l’onglet Transactions puis sur le bouton Afficher Plus.

 

Statistiques :

Des statistiques sont également disponibles en cliquant sur le présent lien. Elles ne concernent que les dernières 24 heures.

↪ Nombre de blocs minés.
↪ Temps écoulé (en minutes) entre chaque bloc.
↪ Nombre de bitcoins minés en 24h.
↪ Prix du marché d’un BTC.
↪ Volume de transactions estimé dans BTC et USD.
↪ …

 

En bas de page, d’autres liens bien intéressants sont également accessibles. Il s’agit :

 

Adresses les plus populaires : Ce sont les adresses qui reçoivent le plus de paiements.

 

Blocs orphelins : Blocs valides qui ne font pas partie de la chaîne principale bitcoin. Cela peut être dû au fait que deux mineurs produisent des blocs similaires, mais ils peuvent également être causés par un attaquant (avec suffisamment de puissance de hash) qui tenterait d'inverser les transactions.

 

Transactions non-confirmées : Transactions en attente d'inclusion dans un bloc.

 

Les grosses transactions : Il s'agit des 100 plus grandes transactions des 50.000 dernières transactions.


Transactions étranges : Impossible de décoder l’adresse bitcoin de sortie.

 

Statistiques des pools miniers : Diagramme à secteurs montrant la part de marché des plus importantes pools miniers Bitcoin. Cela vous démontrera que le minage n'est pas si décentralisé que cela !

Inventaire des rejets : Blocs et transactions qui ont été rejetés par les nœuds.

 

Tags des adresses : Taguez votre adresse Bitcoin publique. Le tag vous permettra d'attribuer à votre adresse bitcoin publique un nom court et un lien externe. A chaque fois que l'adresse est affichée sur blockchain.info, le nom et le lien seront affichés.

 

Mon portefeuille - Gérez votre argent en créant un portefeuille Bitcoin.

 

Pour cette première partie, cela fait déjà pas mal de choses à examiner et à comprendre.
La suite au prochain épisode
.

 

A suivre ...


27/06/2019
0 Poster un commentaire

Quelle(s) différence(s) entre Node, FullNode et MasterNode ?

image.png
Blockchain : un concept aux multiples secrets pour le profane

 

Si vous vous intéressez aux blockchains et que leur concept général vous apparaît clair, nul doute que vous tenterez d'approfondir certains points quelque peu brumeux.

Tel fut mon cas pour essayer d'y voir un peu plus clair et bien différencier les notions de Node (nœud), FullNode (nœud complet) et MasterNode (noeud maître).

 

C'est quoi un nœud ?
image.png
Le nœud au milieu du réseau

 

Dans un réseau informatique, un nœud est un participant, une unité. Cela peut être un ordinateur, connecté à un réseau par l'intermédiaire d'une carte de réseau. Ce nœud est un élément constitutif dudit réseau.

 

Jusque-là les choses paraissent assez claires, mais que vient faire le FullNode?

 

C'est quoi un FullNode ?

Pour les blockchains utilisant le processus de sécurisation PoW (Proof of Work ou Preuve de Travail) afin de valider les blocs contenant les transactions, il est nécessaire d'en passer par les mineurs.

 

A ce titre, ces derniers sont des nœuds du réseau distribué.
Mais pour être en mesure de pouvoir exercer leurs contrôles et de vérifier que personne ne tente d'altérer les informations contenues dans la chaîne de blocs, il est nécessaire qu'ils téléchargent l'intégralité de la blockchain. Ils deviennent alors des FullNodes.

 

C'est quoi un MasterNode ?

Le MasterNode (Nœud maître ou nœud central ou nœud principal ... à votre guise) est une autre façon de sécuriser une blockchain tout en étant très nettement moins énergivore que le consensus Proof of Work. En fait, il s'agit d'un consensus qui s’appuie en grande partie sur le PoS (Proof of Stake ou Preuve d'Enjeu).

 

Le MasterNode est un nœud complet qui possède une copie intégrale de la blockchain. Il effectue, valide et transmet les transactions sur le réseau. Les nœuds de niveau inférieur ne possèdent qu’une copie partielle de la blockchain, et effectuent à tour de rôle la vérification des transactions, selon un système de sélection aléatoire.

 

Le MasterNode est intéressant car il vous donne un droit de vote et vous permet de gagner des cryptos mais il nécessite, au préalable, le blocage d’une certaine quantité de jetons (propre à chaque type de Masternodes) pour pouvoir fonctionner. Ce dépôt est ce que l'on nomme le collatéral.

 

J'espère avoir un peu clarifié les grandes différences entre ces 3 terminologies. N'hésitez pas à compléter ou corriger le présent post.


26/06/2019
0 Poster un commentaire