Istyablog : pour savoir en toute décontraction

Istyablog : pour savoir en toute décontraction

Qui a dérobé le secret du blanc parfait ?

Blanc parfait.PNGC'est l'un des secrets les mieux gardés au monde et il fait partie de notre quotidien : le blanc parfait.
On le retrouve dans les cosmétiques, sur les carrosseries des voitures ou les coques des bateaux, les lignes des courts de tennis ou le fourrage des biscuits Oreo.
Ce blanc immaculé, issu du dioxyde de titane, une seule entreprise sait le fabriquer : le groupe chimique américain DuPont. Une formule unique au chiffre d'affaires faramineux de 2,6 milliards de dollars qui fait rêver ses concurrents, en particulier la Chine, l'autre grand producteur de blanc. Mais son procédé n'égale en rien le DuPont. La Chine, responsable à 80% des 300 milliards de dollars de pertes subies par les sociétés américaines pour contrefaçon en une seule année, est prête à payer cher pour percer le secret. C'est ce qu'a compris Walter Liew. Et il va y consacrer 20 ans de sa vie. Né en Malaisie dans une famille pauvre, Liew a fait des études d'ingénieur aux Etats-Unis, a été naturalisé à la fin des années 1990 et a monté sa propre société. C'est grâce à sa femme, chinoise, qu'il fait la connaissance, à Pékin, de dignitaires qui lui demandent de trouver le blanc américain. Mais comment ? Les usines DuPont, hautement sécurisées, sont inaccessibles. Liew cherche le maillon faible. Il le trouve en la personne de Timothy Spitler, consultant, qui figure parmi les milliers de personnes que le groupe chimique vient de licencier. Pour 15.000 dollars, Spitler balance les composants chimiques, les dosages, les températures et même le plan d'une usine. En 2004, Liew prend contact avec le groupe chinois Pangang, mastodonte de la chimie qui lui achète ses renseignements pour 28 millions de dollars. Mais six ans plus tard, une lettre anonyme parvient chez DuPont, dénonçant les activités de Liew. Il est arrêté par le FBI, Spitler se suicide quelques heures plus tard. Walter Liew est condamné en 2014 pour espionnage industriel. Verdict : 15 années derrière les barreaux pour une formule chimique aujourd'hui pointée du doigt pour ses effets potentiellement nocifs sur la santé humaine...



16/07/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 45 autres membres