Istyablog : pour savoir en toute décontraction

Istyablog : pour savoir en toute décontraction

Est-ce forcément mauvais que d'être gros ?

Obésité.PNGCertains épidémiologistes se posent la même question. Ou plus exactement, ils se demandent si le surpoids et l'obésité sont toujours associés à une espérance de vie plus courte. Certes, de très nombreuses maladies (dépression, problèmes articulaires, maladie cardio-vasculaires, cancers,...) touchent plus souvent les individus en surpoids. Mais ces derniers ne souffriraient pas pour autant d'un taux de mortalité plus élevé, si l'on en croit plusieurs études épidémiologiques récentes. Selon une analyse publiée en 2013, un surpoids léger pourrait même être associé à un taux de mortalité diminué !

Ces études font l'objet d'importantes controverses, à la hauteur de cet enjeu de santé publique. Nombre de chercheurs attribuent ainsi ces résultats à des erreurs méthodologiques. Ils pointent par exemple le fait que des individus mal nourris ou malades peuvent être comptés parmi les personnes minces, ou le fait que les personnes en surpoids bénéficient en moyenne d'un meilleur suivi médical.

Pour d'autres, ces résultats confirment une hypothèse croissante selon laquelle un poids élevé n'est pas, pour tout le monde, synonyme de risque élevé de mortalité. Cette hypothèse s'appuie notamment sur des analyses biologiques qui, chez un tiers des obèses, ne font pas apparaître les signes de trouble métaboliques habituels tels qu'hypertension artérielle, diabète... Même si, chez ces individus, parfois qualifiés d'"obèses métaboliquement sains", l'absence de surrisque de maladie cardio-vasculaire, tout au long de la vie, reste à démontrer.

Par ailleurs, des études suggèrent qu'un surplus de gras, par rapport aux normes fixées par les autorités de santé, protégerait de certaines causes de mortalité. En particulier, la graisse servirait de réserve d'énergie en cas de maladie chronique affaiblissante, car une meilleure survie des personnes en surpoids a été constatée par plusieurs études en cas d'insuffisance rénale, cardiaque,... mais aussi, simplement de vieillesse. D'autres travaux indiquent également une meilleure résistance à certaines blessures, comme subies lors d'un accident de la route.

Quoi qu'il en soit, il est aujourd'hui largement reconnu que le poids optimal n'est pas le même pour tous. Le rapport poids/taille idéal des femmes, des personnes âgées et des populations noires, par exemple, semble être  plus élevé que celui des hommes blancs dans la fleur de l'âge. Et le risque n'est pas le même selon la manière dont est répartie la graisse sur le corps (il est plus élevé quand elle s'accumule autour du ventre).

Le surpoids ne raccourcit donc pas toujours en lui-même l'espérance de vie... même si le fait de rester inactif et d'avoir une alimentation déséquilibrée présente, lui, des risques clairement démontrés.



08/01/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 40 autres membres