Istyablog : pour savoir en toute décontraction

Istyablog : pour savoir en toute décontraction

Société


Est-il intéressant de se faire vacciner contre des maladies qui ont pratiquement été éradiquées ?

Polio.PNGCertains vaccins protègent en effet contre des maladies qui semblent appartenir au passé. On ne connaît personne qui en ait souffert autour de nous... Par exemple, la coqueluche, une grave infection respiratoire, ne touche plus que 50 à 250 personnes par an, contre plus de 5.000/an dans les années 1950. Pour la poliomyélite, la France n'a enregistré aucun cas depuis 1995, alors que la maladie faisait des milliers de paralysés et des centaines de morts par an au milieu du XXème siècle.

A quoi bon continuer à se prémunir contre ces maladies ? En réalité, si certaines ont pratiquement disparu de nos pays riches, c'est en grande partie parce que nous sommes tous bien vaccinés contre elles. Mais les microbes qui les provoquent n'ont pas disparu de la surface de la Terre pour autant. Ils continuent à circuler et à causer des maladies dans les pays où la vaccination n'est pas suffisante et où les conditions de vie ne sont pas bonnes.
Jusqu'ici, le virus de la variole est le seul à avoir été éradiqué de la planète grâce à la vaccination et à l'amélioration de l'hygiène. Il n'est donc plus nécessaire de se faire vacciner contre lui - il n'en existe plus que quelques échantillons, conservés dans des laboratoires hautement sécurisés.
Un autre microbe pourrait bientôt être relégué aux oubliettes, celui de la poliomyélite. Pour l'instant, on peut encore le croiser dans quelques pays. Si une personne vaccinée s'y rend, elle ne tombera pas malade... mais elle pourra ramener le virus dans son tube digestif sans même s'en apercevoir ! C'est ce qui s'est passé en Europe dans les années 1990. Le virus de la poliomyélite a ainsi été importé d'Asie jusque dans une région des Pays-Bas où la population n'était pas bien vaccinée. Bilan : deux morts et une soixantaine de personnes atteintes de paralysie. Cet exemple montre que si de moins en moins de personnes se font vacciner contre une maladie parce qu'elles pensent que cette dernière ne les menace plus, alors cette maladie risque bien de réapparaître.


22/02/2018
0 Poster un commentaire

Est-il possible de se faire vacciner contre toutes les maladies du monde ?

Vaccination.PNGNon. Des épidémies se propagent encore sur la planète, sans que l'on puisse s'en protéger par un vaccin. C'est le cas du sida, du chikungunya ou d'Ebola.  Soit parce que le microbe est particulièrement complexe à étudier, soit parce qu'il parvient toujours à échapper à nos défenses immunitaires. L'une des pistes explorées pour fabriquer les vaccins du futur repose sur la « neutralisation par génie génétique ». Il s'agit de rendre le microbe inoffensif en manipulant génétiquement certains de ses gènes dangereux. De grands espoirs reposent également sur la vaccination génétique, qui consiste à introduire un petit morceau de code génétique spécifique du microbe dans les cellules de la personne vaccinée.
Mais l'un des grands défis du XXIème siècle sera sûrement de réussir à mettre au point des vaccins contre les maladies véhiculées par des parasites, comme celui qui provoque le paludisme (Plasmodium, transmis par les moustiques). En effet, on ne sait vacciner que contre des bactéries ou des virus. Et l'on ne parvient pas à fabriquer un vaccin qui soit à la fois sûr (sans risque d'effets secondaires importants) et efficace contre un parasite.


07/02/2018
0 Poster un commentaire

Pourquoi parle-t-on d'obligation vaccinale ?

Obligation vaccinale.PNGLe gouvernement a tranché : depuis le 1er janvier, onze vaccins sont désormais obligatoires. Tous les enfants nés après cette date devront les avoir reçus avant l'âge de 1 an. Jusqu'à présent, seuls trois d'entre eux étaient obligatoires : ceux contre la diphtérie, la poliomyélite et le tétanos. Les huit autres (coqueluche, hépatite B, ...) étaient simplement recommandés.
Cette situation (avec deux groupes de vaccins) n'était pas logique. En effet, tous sont considérés comme aussi importants les uns que les autres par les spécialistes. D'ailleurs, dans la plupart des pays européens, tous ont obtenu le même statut : ils sont recommandés.
Alors, pourquoi les autorités françaises n'ont-elles pas, elles aussi, choisi de faire basculer tous les vaccins dans le groupe « recommandés » ? Parce qu'elles estiment que la situation de défiance est trop inquiétante dans notre pays pour lever les trois obligations vaccinales, et qu'il vaut mieux les rendre tous obligatoires !
Reste à savoir si ce choix permettra d'inverser la tendance et de faire diminuer les réticences exprimées par un Français sur quatre.


25/01/2018
0 Poster un commentaire

L'homme est-il menacé par l'Intelligence Artificielle ?

AI.PNGDes robots créés par une super-intelligence qui viennent menacer l'espèce humaine, cela ne vous rappelle rien ? "Terminator", bien sûr, film devenu culte depuis sa sortie sur les écrans en 1984 ! Un scénario d'anticipation qui, selon certains, ne relèverait pas nécessairement de la pure fiction.
En 2014, déjà, des scientifiques de renom tel l'astrophysicien britannique Stephen Hawking s'inquiétaient de l'émergence de l'intelligence artificielle (I.A) dans nos sociétés. Hawking allant jusqu'à déclarer que « le développement d'une pleine intelligence artificielle pourrait signifier la fin de l'humanité ».
D'autres encore n'hésitent pas à comparer l'I.A à l'arme nucléaire, voire à la trouver plus dangereuse...
Cette menace est-elle réelle ? Nombreux sont les spécialistes qui pensent que le danger représenté par l'I.A se limite à la prise de mauvaises décisions plutôt qu'à une destruction intentionnelle de l'humanité.
Et pour cause, l'I.A n'a pour le moment jamais fait preuve d'une quelconque intentionnalité. Le risque c'est que des I.A responsables du trafic aérien, d'un système de sécurité ou de transport d'énergie, ou d'une autre des multiples tâches qui leur sont aujourd'hui déléguées, commettent des erreurs et provoquent une catastrophe.
La menace n'est donc pas nécessairement celle que l'on craint. Du moins, pas tant que l'homme n'aura pas développé une super-intelligence capable d'intention de façon autonome....

Une vaste question de société !


18/01/2018
0 Poster un commentaire

Est-il dangereux de se faire vacciner ?

Vacciner.PNGLes vaccins sont des médicaments et, comme tous les médicaments, ils comportent des bénéfices... et des risques. Mais ces derniers sont très faibles : moins d'une personne sur 10.000 (soit 0,01%) souffrira d'effets secondaires importants (convulsions, malaises, allergies sévères...). C'est très peu ! Il faut dire que les vaccins sont des médicaments un peu particuliers : on les donne à des personnes en bonne santé.

Certaines craintes sur la dangerosité des vaccins n'ont aucun fondement. Ainsi, celui contre la rougeole augmenterait le risque de devenir autiste ? La seule étude qui montrait un tel lien a été totalement démentie, et le scientifique derrière ces travaux a dû retirer sa publication.

Autre point de grande inquiétude : l'aluminium contenu dans certains vaccins pour renforcer l'efficacité de leur protection. Certains pensent qu'il peut provoquer une sorte de maladie avec une grande fatigue ou une faiblesse musculaire. Mais, pour l'instant, personne ne l'a démontré. Des chercheurs estiment que si ce risque était confirmé (ce n'est pas le cas actuellement), il ne concernerait qu'une petite partie des personnes vaccinées, celles qui sont prédisposées génétiquement pour développer ce genre de complications.


14/01/2018
0 Poster un commentaire

Il ne faut pas confondre puberté et adolescence !

Puberté.PNGSi la puberté désigne l'ensemble des changements physiologiques qui marquent le passage de l'enfance à l'état adulte, l'adolescence fait, elle, référence aux bouleversements subis par le cerveau durant cette période. Bouleversements qui affectent la relation à soi-même et aux autres.
En somme, la puberté c'est le corps qui devient capable de se reproduire. L'adolescence, le cerveau qui devient capable de décider quand se reproduire.


11/01/2018
0 Poster un commentaire

L'obésité est en forte hausse

image.png

 

Le dernier chiffre sur le nombre d'enfants et d'adolescents (de 5 à 19 ans) obèses à l'échelle mondiale est alarmant : il a été multiplié par dix en quarante ans (ce qui fait 124 millions de personnes - soit 2 fois la France), d'après une étude anglaise menée avec l'OMS.
La Polynésie arrive en tête avec le taux le plus élevé (entre 20 et 25%), suivie par les États-Unis (sans surprise) et le Canada.


07/01/2018
0 Poster un commentaire

Ce sacré Rubik's Cube

Rubik's Cube.PNGLe Rubik's Cube est sorti tout droit de la tête d'un professeur d'architecture hongrois nommé Erno Rubik. Ce casse-tête à la fois simple et très complexe, inventé en 1974, est devenu dès les années 1980 un best-seller des jeux. Un peu oublié au cours de la décennie suivante, il réapparaît au début des années 2000 et renoue avec le succès à l'occasion de ses 40 ans, en 2014. Rien qu'en 2016, 850.000 exemplaires de ce cube ont été vendus en France.
Le Rubik's Cube est composé de six faces pivotantes, dont les neuf carrés colorés que chacune comporte, peuvent se mêler en milliards de combinaisons possibles : 43 quintillions pour être précis (un quintillion étant égal à 1 million à la puissance 5) ... ou 43.252.003.274.489.856.000 configurations pour être encore plus exact !
Le but : mélanger les carrés puis redonner à chaque face une seule couleur. Simple à dire, difficile à réaliser !
L'originalité du Rubik's Cube tient également dans sa capacité de rotation en trois dimensions. Le joueur peut tourner n'importe quel côté de n'importe quelle face, latéralement, en avant ou en arrière, pour organiser ce Cube 3x3x3 en une quelconque de ses quintillions de combinaisons possibles.
Aujourd'hui, le Rubik's Cube se décline en plusieurs versions : Le Pocket Cube (2x2x2), le Rubik's Cube classique (3x3x3), le Rubik's Cube Revenge (4x4x4) et le Professor's Cube (5x5x5). De quoi amuser les petits comme les grands.....


02/01/2018
0 Poster un commentaire

Se fait-on davantage d'amis grâce aux réseaux sociaux ?

Followers.PNGSelon l'anthropologue britannique Robin Dunbar, nous ne pouvons pas entretenir plus de 150 relations amicales satisfaisantes. Quand nous avons trop d'"amis" en ligne, nos relations sont plus distantes.

 

En réalité, nous avons à peu près autant d'amis proches sur internet que dans la "vraie" vie. Mais comme nous consacrons une heure et demie par jour, en moyenne, aux médias sociaux, c'est autant de temps en moins pour les rencontres dans le monde réel.


09/12/2017
0 Poster un commentaire

Peut-on devenir accro aux réseaux sociaux ?

Accrocs.PNGCertains utilisateurs suivent leur flux d'actualité de manière compulsive et deviennent incapables de contrôler le temps qu'ils passent sur Internet. Cela tient au mode de fonctionnement de notre cerveau, qui cherche constamment à obtenir des « récompenses », par exemple des relations durables et agréables, la réussite d'un défi, la découverte de choses inconnues,...
Ces récompenses provoquent, dans le cerveau, la production d'une substance chimique appelée dopamine, qui procure une sensation de bien-être. Certaines personnes ont besoin de plus de dopamine pour ressentir ses effets bénéfiques, ce qui peut effectivement provoquer une addiction à Internet.

Il est étonnant, au passage, de constater qu'autrefois nos aïeux ne voulaient que personne lisent leurs journaux intimes alors qu'aujourd'hui on fait la tête lorsque personne ne lit nos messages Facebook ou autres ! Le monde change ;)


28/11/2017
0 Poster un commentaire