Istyablog : pour savoir en toute décontraction

Istyablog : pour savoir en toute décontraction

Nature


La pollution des océans devient dramatique

Pollution maritime.PNGPlus qu'un long discours quelques chiffres qui vont vous permettre de mesurer l'ampleur de cette catastrophe naturelle :

 

  • Environ 10 millions de tonnes de déchets finissent chaque année dans les mers et les océans.
  • 80% des déchets marins proviennent des activités à terre.
  • La  Fondation Algalita pour la recherche marine dénombre sur le "septième continent" 334.271 fragments de plastique par km2 en moyenne avec des pics à 969.777 fragments par km2.
  • 10 milliards d'euros, c'est le coût de la pollution marine, évalué par le Programme des Nations Unies pour l'Environnement (PNUE).
  • 75% est la part de plastique dans les déchets marins. Le reste est composé à 10% de filets de pêche, puis de bois, de verre, de métal, de tissu, de polystyrène, de déchets organiques,...
  • La "plaque de déchets du Pacifique Nord" occupe une surface d'environ 3,4 millions de km2 soit près de 5 fois la superficie de la France.
  • 450 ans : durée de vie d'une bouteille en plastique en mer.
  • 86% des tortues marines mangent du plastique (elles prennent les sacs pour des méduses,...)
  • Peu avant l'interdiction des sacs de caisse en matière plastique à usage unique, près de 5 milliards de sacs étaient encore distribués chaque année en France.

08/12/2017
0 Poster un commentaire

Qui nous fait respirer : Les arbres ou le plancton ?

Respirer.PNGLes deux ! L'oxygène de l'atmosphère, élément indispensable à la vie, n'est pas produit par les seuls végétaux terrestres. 50 à 85% proviennent des océans, notamment du phytoplancton. Ce groupe d'organismes unicellulaires, estimé à des centaines de milliers d'espèces en suspension dans le courant, produit, comme les végétaux, de l'oxygène par échanges gazeux avec l'océan. Or le changement climatique pourrait perturber ce mécanisme. Dans une étude de 2015, Yadigar Sekerci et Sergei Petrovskii, mathématiciens spécialisés dans la modélisation des phénomènes naturels à l'université de Leicester (Angleterre), affirment que le taux de production d'oxygène dépend de la température de l'eau. Selon eux, le réchauffement des océans pourrait donc déséquilibrer cette production, provoquant l'extinction du plancton et une mortalité animale et humaine massives.


06/12/2017
0 Poster un commentaire

A quand la prochaine marée du siècle ?

Marée du siècle.PNG
Le 3 mars 2033 !
En fait, elle a lieu tous les 18,5 ans, quand la Terre, le Soleil et la Lune sont alignés et que la distance qui les sépare est réduite au minimum.
La force d'attraction des astres, alors maximale, engendre les amplitudes de marées les plus importantes.
Un vent soufflant fort et longtemps vers la côte amplifie le phénomène jusqu'à provoquer des raz-de-marée.


04/12/2017
0 Poster un commentaire

Pourquoi le Gulf Stream est-il à bout de souffle ?

Gulf Stream.PNGParce que la calotte glaciaire du Groenland est en train de fondre.
Le Gulf Stream, c'est ce courant qui apporte un peu de la chaleur de Floride sur les côtes européennes, participant ainsi à la circulation thermohaline, la circulation océanique des masses d'eau. Dans l'Atlantique, l'eau chaude, peu dense, s'écoule vers le nord tandis que l'eau froide, dense, s'écoule vers le sud en s'enfonçant. L'apport d'eau douce de la calotte polaire, moins dense que l'eau salée, perturbe cet équilibre et freine cette circulation.
Des chercheurs français et britanniques estiment à près d'une sur deux la probabilité que ce phénomène fera baisser la température de l'eau de surface de 2 à 3 °C en dix ans, entraînant un refroidissement  brutal des côtes de l'Atlantique Nord. Il viendrait s'ajouter au refroidissement constaté depuis 1970 dans cette région.


19/11/2017
0 Poster un commentaire

Le pire cauchemar des moustiques.

Moustique.PNGSelon l'Organisation mondiale de la santé, le paludisme cause entre 420.000 et 450.000 décès par an. Or, dans les zones les plus touchées d'Afrique subsaharienne, les moustiques qui le transmettent sont devenus résistants aux insecticides chimiques.
Des chercheurs de l'Université du Maryland (États-Unis) ont mis au point un champignon capable de tuer ces moustiques en modifiant les gènes de Metarhizium pingshaensei, tueur naturel des espèces porteuses de maladies (paludisme, dengue,...).
Les spores (cellules reproductrices) de ce champignon traversent l'exosquelette du moustique et le détruisent de l'intérieur, mais il faut pour cela une grande quantité de spores. Pour décupler la puissance exterminatrice du champignon, les chercheurs y ont inséré des gènes de toxines issues d'Androctonus australis (un scorpion) et d'Hadronyche versuta (une araignée) : le super champignon libère ces poisons dans l'insecte, bloquant les canaux ioniques de calcium et de potassium de son système nerveux, contrairement aux insecticides qui ciblent les canaux de sodium... Et le moustique trépasse.


16/11/2017
0 Poster un commentaire

De quelle couleur sont les fonds marins ?

Fonds marins.PNGCela dépend de la profondeur. En effet, les différentes longueurs d'onde qui composent le spectre de la lumière solaire pénètrent plus ou moins profondément dans l'eau de mer. Le rouge orangé est le premier absorbé : par conséquent, au-delà de 5 m de profondeur, à moins de les éclairer à la lumière artificielle, coraux et poissons rouges paraissent noirs. Au-delà de 50 m, le vert disparaît à son tour. Le paysage apparaît alors bleu monochrome, jusqu'à la disparition totale du rayonnement solaire, c'est-à-dire vers 400 m de profondeur maximum. Généralement, les poissons et bon nombre d'animaux marins ne perçoivent pas les couleurs de la même manière que l'homme. Le baliste picasso clair, un poisson des récifs coralliens, les perçoit mieux que nous. Beaucoup d'animaux des fonds marins sont par ailleurs capables de voir les UV, dont certains peuvent subsister dans l'eau jusqu'à une dizaine de mètres de profondeur. A leurs yeux, un corail qui semblerait terne à un plongeur peut donc apparaître couvert de superbes motifs.


02/11/2017
0 Poster un commentaire

Où y a-t-il le plus d'espèces ? Sur terre ou sur mer ?

Espèce maritime.PNGSur terre. Les océans occupent près des trois quarts de la superficie de la planète. Depuis la surface jusqu'au plancher océanique, ils représentent 96% du volume offert à la vie. Pourtant, seules 15% des espèces connues à ce jour y vivent. Et cela ne s'explique pas seulement par le fait qu'ils sont plus difficiles à explorer. En effet, pour qu'une espèce apparaisse, il faut qu'un groupe cesse de se reproduire avec le reste de ses congénères et évolue indépendamment. Une situation rare en mer, ce milieu homogène qui ignore pratiquement les frontières. C'est pourquoi une espèce marine vit en moyenne huit à dix millions d'années, avant de disparaître ou d'évoluer en deux espèces distinctes, contre deux millions d'années pour une espèce terrestre. Mais la vie marine présente d'autres caractéristiques remarquables. Les 31 grands embranchements que compte la classification du vivant (vertébrés, éponges, coraux, oursins,...) sont tous apparus en mer. Douze n'en sont jamais sortis, et constituent aujourd'hui des formes de vie singulières, exclusivement marines.


26/10/2017
0 Poster un commentaire

La mer Morte est-elle morte ?

Mer morte.PNGPas de poisson dans cette mer calée entre Israël, Palestine et Jordanie. Et pour cause : sa concentration en sel est de 33% en profondeur, soit huit fois et demie celle des océans. A cette concentration, ce sel riche en magnésium (35g/l) est toxique pour la plupart des êtres vivants. Seuls des micro-organismes appelés archées (sortes de cousins primitifs des bactéries) et des algues unicellulaires y ont été observés près des fontaines d'eau douce du fond du lac. Trop peu alimentée par le Jourdain et soumise à une évaporation massive sous les fortes températures (32 à 39 °C l'été), son niveau baisse d'environ 1 m par an, ce qui fait craindre aux experts l'assèchement total vers 2050.


25/10/2017
0 Poster un commentaire

Quand faut-il cueillir la fleur de sel ?

Fleur de sel.PNGLa fleur de sel - des cristaux de chlorure de sodium - se forme dans les marais salants par évaporation de l'eau de mer sous l'effet du vent et du soleil.

A la différence du sel gris (gros sel), ce sel blanc et léger ne se forme que l'après-midi, par évaporation rapide : une fine couche de sel apparaît à la surface des "œillets" (bassins à fond argileux de  70 m2), poussée dans les angles par le vent. Les paludiers de Guérande (Loire-Atlantique) la cueillent avant la nuit avec leur "lousse" (panier rectangulaire perforé au bout d'un manche) avant qu'elle ne coule au fond du bassin, alourdie par la rosée du matin. En été, ils en récoltent jusqu'à 5 kg par jour. Après égouttage, ils la vendront près de 20 € le kilo, dix fois plus cher que le sel gris.


23/10/2017
0 Poster un commentaire

L'eau de mer est-elle tombée du ciel ?

eau de mer.PNGLors de sa formation, il y a 4,5 milliards d'années, la Terre contenait déjà de l'eau. En effet, au sein de sa nébuleuse d'origine, différents gaz se sont condensés sous l'effet de la gravité, et les atomes se sont associés pour former toutes sortes de molécules,  dont des molécules d'eau. Mais le phénomène d'accrétion qui a permis à la Terre de se former a généré des températures si élevées que la majeure partie de cette eau s'est évaporée dans l'espace. On estime que cette eau originelle ne représente que 30% de celle contenue dans les océans actuels. D'après les scientifiques, les 70% restants seraient tombés du ciel. Plus exactement, il y a 3,8 milliards d'années, d'innombrables comètes et astéroïdes, catapultés par un changement d'orbite des planètes Jupiter et Saturne, auraient bombardé la Terre. Or, les comètes contiennent jusqu'à 80% de glace d'eau. En 2014, la sonde Rosetta a analysé la composition de cette eau sur la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko. Verdict : la proportion de molécules HDO - des molécules d'eau dont au moins un des atomes d'hydrogène est remplacé par un atome de deutérium - y était trois fois plus importante que sur Terre. Une différence trop importante pour que des comètes de ce type aient rempli les océans. Ce résultat a conduit les scientifiques à se rabattre sur l'hypothèse des astéroïdes, bien que ceux-ci ne contiennent que 10% d'eau, une quantité trop réduite, qui n'a pas encore permis de déterminer sa composition. Signe favorable cependant, les météorites, qui sont des fragments d'astéroïdes tombés sur Terre, présentent un profil compatible avec l'eau terrestre.


22/10/2017
0 Poster un commentaire