Istyablog : pour savoir en toute décontraction

Istyablog : pour savoir en toute décontraction

Economie


L'économie circulaire : kézako ?

Economie circulaire.PNGQui pourrait croire que le contenu de nos poubelles recèle des trésors ?

Nous cherchons constamment une façon plus efficace de recycler les déchets. La France est bonne élève, avec 517.000 tonnes de déchets électriques recyclés en 2016, même si cela ne représente que la moitié de ses déchets.

L'économie circulaire fonctionne selon ce principe : plutôt que de finir à la décharge, les déchets sont traités en vue de fournir de l'énergie, sous forme de carburant et d'électricité.

Il existe diverses façons de traiter les déchets, que ce soit avec l'énergie thermique ou des processus biologiques.

Par processus thermiques, il faut entendre des méthodes comme la gazeification, la dépolymérisation thermique et la pyrolyse, des procédures complexes qui nécessitent de hautes températures pour décomposer les déchets et libérer l'énergie.

Les processus non thermiques impliquent des micro-organismes qui décomposent la matière organique et libèrent des biogaz. Ces processus sont plus longs mais plus écologiques. Plus les déchets sont traités à fond, moins ils s'accumulent dans les décharges, ce qui implique moins de dégagements de méthane - un gaz à effet de serre provenant de la décomposition des ordures - et de lixiviat, un liquide résiduel qui pollue les eaux souterraines. Autre avantage : c'est une façon de produire de l'énergie sans avoir recours aux énergies fossiles ni libérer de gaz à effet de serre.

Seul bémol : brûler ces déchets divers libère des produits chimiques dangereux, comme des dioxines et des furanes (des cancérigènes dégagés en brûlant des plastiques tels que le PVC), autant que des métaux lourds, gaz acides, oxydes de souffre et d'azote. Autant de produits qui ont un impact sur l'environnement et la santé.

Conclusion : le mieux serait tout de même de gaspiller moins !


24/06/2017
0 Poster un commentaire

L'économie pétrolière : vers quel avenir ?

Avec des queues interminables en période de grève, des conflits à feu et à sang, des enjeux géopolitiques avérés, une guerre des prix du baril qui conditionne la vie de tous les citoyens, le pétrole est au cœur de l'économie mondiale et n'a de cesse de faire parler de lui. À l'image des célèbres et néanmoins détestables texans de la série Dallas, la grande saga du pétrole brut est riche en intrigues et rebondissements plus ou moins inattendus. Qu'en est‑il aujourd'hui de l'état du paysage économique pétrolier international ?

 

[Infographie] L

Made by: Ecoreuil

Enregistrer


08/09/2016
0 Poster un commentaire

Le premier réseau bancaire international


A la fin du XIIème siècle, les frères templiers peuvent se vanter de disposer de près de 10.000 « succursales » à travers le monde !
Grâce à son vaste réseau de commanderies, l'ordre du Temple - à la fois trésorier des croisades et coffre-fort des Francs - a mis en place la première banque internationale de l'Histoire.
Une institution financière sophistiquée dans laquelle il est possible de réaliser toutes sortes d'opérations : ouverture de compte, dépôt d'argent et objets précieux, paiement de rente, emprunt, cautionnement, transfert international de fonds d'Occident en Orient, séquestre, mandat, placement...

 

La banque moderne et ses outils financiers étaient nés. Dont la lettre de change, une invention des Templiers. Afin d'éviter aux pèlerins de transporter leur or, l'ordre leur permet de déposer leurs biens dans une commanderie avant leur départ. Le frère trésorier leur remet alors une lettre authentifiée mentionnant la somme déposée. Avec ce papier, ils peuvent ensuite récupérer leur argent à l'autre bout du monde.

 

Autre spécialité : le prêt sur gage ! Aux particuliers, aux institutions religieuses, aux princes et rois de France et d'Europe, en Occident comme en Orient. Pour la dot de sa fille, le roi Philippe le Bel emprunte à l'ordre 500.000 livres d'or. En guise de garantie, les terres et les rentes des emprunteurs reviennent au Temple en cas de décès. Les Templiers ont même prévu des amendes si jamais le remboursement tarde trop.


22/02/2016
0 Poster un commentaire

C'est quoi un dérivé action ?

Produits dérivés.pngUn dérivé action est un instrument financier dont la valeur fluctue en fonction de l'évolution du prix de son actif « sous-jacent », en l'occurrence les actions.


Il permet d'être indexé à la hausse ou à la baisse des actions sans avoir à les acheter directement, mais en achetant par exemple une simple option d'achat à un cours défini.


Cet outil financier permet à l'investisseur de se prémunir partiellement des risques de cours en calibrant l'objectif de profit par rapport au niveau de risque qu'il juge acceptable.


06/09/2015
0 Poster un commentaire

A quoi correspond le modèle de Dornbusch et Fisher ?

Dornbusch et Fischer.jpgLes deux économistes ont démontré dans les années 1970, qu'en plus des déterminants macroéconomiques tels que croissance et politique monétaire, un autre facteur crucial intervenait dans la détermination des taux de change sur les marchés : les anticipations.

Un bon trader sur le marché des taux de change (mais aussi sur les autres marchés financiers) doit savoir anticiper les futures variations des actifs pour engranger le maximum de bénéfices. Il est donc très sensible aux annonces et aux rumeurs. Les menaces de faillite de la Grèce et les conséquences potentielles d'éclatement de la zone Euro ont des conséquences négatives sur la valeur de la devise européenne.
C'est pour cette raison que l'euro a commencé à baisser quand les marchés ont anticipé la politique d'assouplissement quantitatif de la BCE et au moment où les élections grecques ont accru les tensions sur le paiement de la dette et le maintien de la Grèce dans la zone euro.
Dornbusch et Fisher montrent aussi que, de par sa dépendance forte aux anticipations le taux de change est très volatile (ils parlent d'overshooting) donc très difficile à prévoir, ce qui rend les anticipations ardues et incertaines, créant de forts mouvements sur les marchés.


23/08/2015
0 Poster un commentaire

Que signifie le taux de change ?

Le 30 juin 2008 un euro valait 1,57 dollar américain, alors que le 28 juillet 2015, son taux de change ne s'évalue plus qu'à 1,10625 $.

La chute de l'euro est visible via la courbe ci-dessous mesurant son taux de change entre le 4 août 2014 et le 28 juillet 2015 :

Taux change Euro vs Dolllar.JPG

Le taux de change représente la valeur relative d'une monnaie par rapport à une autre. Par exemple, quand un euro vaut 1,06 dollar US, chaque Européen peut se rendre dans un bureau de change avec un euro et recevoir en échange 1,06 dollar US. Le taux de change est alors de 1,06.

Si ce taux augmente, on parle alors d'appréciation ou de réévaluation, le client européen pourra obtenir plus de dollars en échange de son euro. Ce qui lui confère, dans le cas où il se rend aux Etats-Unis, une augmentation de pouvoir d'achat. Dans le cas contraire, suite à une dépréciation ou dévaluation, il obtiendra moins de dollars et verra son pouvoir d'achat réduit aux Etats-Unis.

La valeur de l'euro par rapport au dollar se détermine par la confrontation de la demande et de l'offre sur le marché des changes. Les gouvernements n'ont pas la possibilité d'intervenir et de contrôler la valeur de la devise. On parle alors de taux de change flexible. Il faut savoir que ce mécanisme de détermination des taux de change par les marchés est relativement récent puisqu'il a commencé en 1976.

 

A savoir : 48% des pays ont un régime de taux de change fixe et 52% un taux de change flexible.

02/08/2015
0 Poster un commentaire

C’est quoi le crowfunding ou financement participatif ?

Crowfunding.jpgAlors que la télévision était le canal utilisé par le Téléthon pour faire appel à la générosité du public, maintenant c’est sur Facebook que les choses se passent. C’est ainsi que Barack Obama a pu financer sa dernière campagne électorale en levant 150 M$.
Le financement participatif est un nouveau mode de financement qui s’appuie sur la puissance des réseaux sociaux, capables de mobiliser rapidement un grand nombre de personnes.
Un particulier, une association ou une entreprise sollicite une communauté d’internautes, en vue de récolter des fonds pour financer un projet de toute nature. Ce financement peut prendre la forme de dons, de prêts ou de participations au capital.
Tout type de projet peut faire l’objet d’un financement participatif : une cause qu’une association souhaite soutenir, une œuvre qu’un artiste veut faire connaître, une idée ou un nouveau produit qu’une entreprise souhaite tester avant son lancement.

Si le financement participatif séduit, il reste peu encadré, ce qui laisse une porte ouverte à des projets fantaisistes comme celui de cet américain qui a récolté 55.000 $ pour … une salade de pommes de terre !

03/01/2015
0 Poster un commentaire

C'est quoi la déflation ?

Déflation.jpgLa déflation est une période économique caractérisée par une baisse généralisée et persistante des prix.

Concrètement les ménages pensent que les prix vont continuer à baisser et reportent à plus tard leurs achats. Personne n'achète, personne ne s'endette non plus (puisque l'on suppose que les taux vont baisser). Et l'économie plonge ! Car pour compenser la baisse d'activité, les entreprises réduisent leurs coûts : elles produisent moins, baissent leurs prix et décident soit de réduire les salaires soit de licencier.

En parallèle, le poids de la dette s'accentue, et nous voilà embarqués dans un cercle vicieux qui inquiète toute la population.

 

En réalité, tout réside dans les subtilités de la définition : qu'entend-on par "baisse généralisée" et "persistante" ? Pour être "généralisée", cette baisse doit concerner tous les prix des biens et des services ainsi que les salaires. Et ce, pendant plusieurs trimestres et non quelques mois...

 


06/12/2014
0 Poster un commentaire