Istyablog : pour savoir en toute décontraction

Istyablog : pour savoir en toute décontraction

Comment ou Pourquoi


Pourquoi les fils des écouteurs s’emmêlent-ils toujours ?

Ecouteurs emmelés.PNGC’est systématique. On range ses écouteurs dans sa poche ou dans son sac et on les en ressort invariablement emmêlés…
Une petite contrariété quotidienne qu’un physicien britannique, Robert Matthews, a modélisé en 2014. Après avoir mené, assisté par des écoliers anglais, 12.000 tests sur des fils mesurant entre 55 et 183 cm, sa conclusion est sans appel : s’ils ne sont pas tendus, les fils formeront fatalement des nœuds, et ce d’autant plus vite qu’ils sont longs et mous – sachant que les câbles des écouteurs mesurent environ 1 m.
Le « temps d’agitation » de la pelote de fils dans un espace aussi confiné qu’une poche entre aussi en jeu. Plus les écouteurs restent longtemps dans la poche, plus ils sont « agités » par nos mouvements et plus la probabilité qu’ils forment des boucles augmente : il suffit alors qu’une extrémité du fil passe par la boucle pour qu’un nœud se crée. Le risque qu’ils s’emmêlent est quasi inéluctable ! Pour empêcher cela, le mieux est d’attacher ensemble les deux oreillettes avec une petite pince, puis les deux extrémités (oreillettes et prise jack) avec une autre pince.
Sinon, vous pouvez aussi opter pour un casque sans fil…


07/12/2017
0 Poster un commentaire

Pourquoi a-t-on parfois des peluches dans le nombril ?

Peluche de nombril.PNGCes petites bouloches généralement gris-bleuté qu'on appelle peluches ombilicales sont en fait un mélange de cellules de peau, de poils et de fibres de vêtements. Selon un sondage très sérieux mené en Australie sur 4.800 personnes, on en trouverait dans le nombril des deux tiers de la population (environ 75% des hommes et 55% des femmes) ! Il est à noter que cette « Enquête complète sur les poils de nombril » a valu à son auteur - Karl Kruszelnicki - en 2002 un lg Nobel (prix parodique décerné chaque année aux recherches scientifiques les plus insolites.
Georg Steinhauser aurait pu prétendre au même honneur. Pendant trois ans, ce chimiste à l'université technique de Vienne (Autriche) a collecté les peluches de son nombril - 503 en tout, pour un poids total de 1 g ! Leur analyse chimique a révélé que ces pelotes avaient globalement la même composition que les vêtements dont elles sont issues - logique. Elles présentaient aussi des composés soufrés et azotés, probablement dus à la transpiration et à la pollution. Surtout, le chercheur autrichien a prouvé ce que Karl Kruszelnicki avait déjà supposé dans son étude, à savoir que l'hygiène n'a rien à voir dans l'affaire : plus on a un ventre poilu, plus on risque de voir apparaître ces peluches ! Bouclés, rêches et disposés tout autour du nombril, les poils favorisent en effet « l'arrachage » des fibres des vêtements, qui se précipitent naturellement dans la cavité toute proche.


05/12/2017
0 Poster un commentaire

Comment bien régénérer son cerveau

Cerveau.PNGNotre cerveau est constitué de 100 milliards de neurones qui communiquent entre eux par des impulsions électriques. Mais ce bien précieux qui, contrairement à une idée reçue, ne perd que très peu de neurones en vieillissant : moins de 5% sont perdus à la fin de sa vie, doit être entretenu tout au long de notre existence.

Voici quelques principes qui vous aideront à le maintenir en forme :

 

  1. Fuir la routine : Apprendre, comprendre car le cerveau se nourrit du changement.
  2. Lutter contre l'infobésité : Il est important de faire le tri entre l'information utile, celle qui nous fait comprendre, et laisser de côté l'information futile, qui nous fait juste savoir.
  3. Limiter anxiolytiques et somnifères : L'objectif de ces substances est d'empêcher de fonctionner le cerveau qui cherche à comprendre.
  4. Lutter contre la sédentarité : En cas d'activité physique, les muscles produisent des substances chimiques (les facteurs trophiques) qui viennent agir sur le cerveau et l'incitent à produire plus de neurones.
  5. Cultiver l'altérité : Plus nous fuyons l'isolement, plus notre cerveau est enclin à produire de nouveaux neurones.
  6. Soigner son alimentation : Certaines cellules intestinales communiquent en permanence avec notre cerveau. Une alimentation variée, riche en fibres, favorise la prolifération de neurones. A l'inverse, une alimentation peu variée, riche en graisse et en sucre, la ralentit.

02/12/2017
0 Poster un commentaire

Pourquoi le tissu mouillé paraît-il plus sombre ?

Tissu mouillé.PNGRenverser de l'eau sur un tissu ne passe pas inaperçu. Et pour cause, la zone touchée vire au sombre. Il s'agit là d'un phénomène optique lié à la quantité de lumière réfléchie par un matériau. Celle-ci dépend de « l'indice de réfraction » du matériau, une grandeur qui caractérise la façon dont la lumière se propage dans un milieu.
Lorsqu'un tissu est mouillé, la lumière qui le frappe rencontre de l'eau plutôt que de l'air. Elle traverse donc le tissu plus lentement, tout en étant déviée par les molécules d'eau.
Ainsi, au lieu d'être réfléchis en grande partie vers nos yeux, la plupart des rayons lumineux sont éparpillés dans le tissu, le faisant dès lors apparaître plus sombre. Du moins le temps que le tissu sèche, et donc que l'eau s'évapore.


29/11/2017
0 Poster un commentaire

Pourquoi la porte du congélateur est-elle si difficile à rouvrir quand on vient de la fermer ?

Réfrigérateur.PNGA cause de la différence de pression entre l'intérieur et l'extérieur du congélateur. L'ouverture, même fugace, de sa porte suffit à faire sortir de l'air froid, alors que l'air ambiant, bien plus chaud, s'engouffre dans le compartiment. Quand la porte est refermée, l'air chaud qui y est entré se refroidit et se contracte. Conséquence, il prend moins de place. Le volume du congélateur étant constant, il se crée un vide partiel, et donc une diminution de la pression intérieure par rapport à la pression extérieure. La porte du réfrigérateur est alors soumise à une pression plus forte du côté extérieur que du côté intérieur.
A titre d'exemple, une chute de pression de 1% provoque une résistance de 10 kg pour un petit bloc congélateur comme ceux placés au-dessus de certains réfrigérateurs. La porte est alors aspirée vers l'intérieur, et colle. Difficile dès lors de l'ouvrir sans tirer de toutes ses forces. Heureusement, cette aspiration n'est que temporaire, car les joints de la porte n'étant pas parfaitement hermétiques, l'air extérieur s'infiltre peu à peu et comble ce vide partiel. Les pressions intérieure et extérieure se rééquilibrent et la porte peut de nouveau s'ouvrir normalement.


27/11/2017
0 Poster un commentaire

Pourquoi est-ce que les glaçons collent aux doigts ?

Glacons et doigt.PNGUn glaçon ne colle pas toujours aux doigts. Pour que cela se produise, il faut qu'il sorte du congélateur et que sa température soit inférieure à -10 °C. Sinon, aucun risque.
La raison de ce phénomène est relativement simple : au contact de la peau, une fine couche superficielle du glaçon fond et forme un film d'eau qui s'insinue dans le derme. Mais la chaleur de la peau n'est pas suffisante pour maintenir l'eau à l'état liquide, et celle-ci recongèle aussitôt, rendant la peau solidaire du glaçon. Plus un glaçon est froid, plus il adhère aux doigts.
Il ne faut alors surtout pas tirer pour le détacher, au risque d'y laisser un bout de peau : mieux vaut réchauffer doucement la peau pour décoller le glaçon.
Enfin, pour éviter ce désagrément, il reste une solution, mettre des gants...


24/11/2017
0 Poster un commentaire

Pourquoi le ketchup reste-t-il collé au fond de la bouteille ?

Ketchup.PNGA chacun sa technique pour se servir cette sauce à base de tomate : secouer, taper le culot de la bouteille avec le plat de la main... Dans bien des cas, rien n'y fait. Au pire, le ketchup s'étale violemment en flaque dans l'assiette, quand il ne finit pas sur les vêtements...

Si, selon la marque Heinz, la majorité des utilisateurs ne savent pas se servir correctement du flacon, dans les faits, c'est plutôt une histoire de molécules et de propriétés physiques. Le ketchup est en effet un fluide thixotrope. Un nom barbare qui définit la propriété, ici d'un fluide, de passer de l'état solide au repos à l'état liquide lorsqu'il est secoué. Et vice versa. Mais comment le faire passer de solide à liquide sans dégâts ? En brisant les liaisons entre les gouttelettes d'eau et les autres molécules qui le composent.

Pour cela il existe une technique imparable : effectuer un long mouvement de haut en bas avec la bouteille en main (ouverture vers le bas évidemment !) et stopper net le mouvement au-dessus de l'assiette.

Reste qu'il est toujours difficile d'extraire les dernières gouttes de la préparation. Un gâchis et un mystère sur lesquels a planché une équipe de scientifiques du Massachusetts Institute of Technology (MIT), aux Etats-Unis. En 2012, ils ont mis au point un revêtement intérieur de flacon qui permet au ketchup de s'écouler sans effort, et ce, sans en mettre partout.


23/11/2017
0 Poster un commentaire

Pourquoi le crissement de la craie nous irrite-t-il autant ?

crissement.PNGLa craie sur un tableau, une fourchette qui crisse sur une assiette, des ongles qui griffent une surface... autant de bruits insupportables pour nos fragiles oreilles. Cette aversion, légitime, a plusieurs explications. Tout d'abord, ces bruits sont tous situés dans une fourchette de fréquences (hauteurs de son) moyennes comprises entre 2.000 et 4.000 hertz. Ces fréquences correspondent à celles des pleurs de bébé. On peut donc supposer que l'évolution nous a rendus sensibles à ces sons pour nous « inciter » à réagir aux cris des petits.
Mais ce n'est pas tout. En plus de surgir de manière inattendue, ces sons sont formés d'impulsions très rapides, de l'ordre de quatre à cinq millisecondes. Une vitesse qui ne permet pas à notre audition de mettre en place le réflexe stapédien. Celui-ci intervient généralement lorsque les sons dépassent les 80 décibels, soit au-dessus du niveau normal de la voix humaine. Quand une personne est plongée dans un vacarme, ce réflexe provoque la contraction involontaire de certains muscles de l'oreille qui atténuent le niveau des sons transmis vers l'oreille interne. Or, ce réflexe ne se déclenche qu'à partir d'impulsions comprises entre six et huit millisecondes.
Autre explication, la forme du conduit auditif. Une étude menée en 2011 a révélé que ce conduit amplifiait la perception des fréquences moyennes en provoquant la résonance de ces sons. De quoi faire du bruit de la craie sur un tableau une véritable torture pour nos oreilles.


21/11/2017
0 Poster un commentaire

Pourquoi ne reconnaît-on pas sa voix quand on s'entend ?

Voix.PNGJ'ai vraiment cette voix-là ? Qui ne s'est jamais posé cette question en entendant sa voix sur un répondeur, par exemple ? La première fois, c'est assez déroutant. Notre voix nous semble déformée, anormale et plus aigüe. Pourtant, cette voix est bien celle que les autres entendent. Mais pourquoi une telle différence ? Pour deux raisons.
La première tient à l'enregistrement, qui saisit via le micro toutes les fréquences de notre voix, alors que nos oreilles perçoivent surtout les fréquences graves. D'où une voix enregistrée plus aigüe.
La seconde raison tient au milieu traversé par les ondes sonores. Quand nous parlons, elles voyagent dans l'air ambiant sous forme de vibrations, pour parvenir à l'oreille externe puis jusqu'à l'organe de l'audition (la cochlée) nichée dans l'oreille interne. A cette voix aérienne s'ajoute la voix osseuse. Celle-ci résulte de la propagation des vibrations de nos cordes vocales jusqu'à l'oreille interne via les os du crâne. Or, cette voix osseuse conduit mieux les basses fréquences, ce qui explique pourquoi la voix que nous entendons quand nous parlons paraît plus grave. Sur un enregistrement, la voix qui parvient à nos oreilles se propage uniquement par conduction aérienne. Privés des nuances plus graves apportées par la conduction osseuse, nous entendons une version plus aigüe (la véritable, finalement) de notre voix.


18/11/2017
0 Poster un commentaire

Pourquoi un homard devient-il rouge en cours de cuisson ?

Homard cuit.PNGParce que la chaleur modifie l'interaction entre les pigments de sa carapace et certaines protéines, ce qui entraîne ce changement de couleur. Comme de nombreux autres crustacés, mais aussi des poissons comme le saumon ou des micro-algues, le homard est riche en astaxanthine, un pigment orange de la famille des caroténoïdes. Cependant, tant qu'il reste loin des casseroles, ce délicieux animal arbore une couleur bleu sombre. C'est parce qu'il possède une autre protéine appelée crustacyanine, qu'il accumule en mangeant du plancton. En se liant avec les pigments, celle-ci modifie leur structure et, par conséquent, les longueurs d'onde qu'ils absorbent. En effet, alors que l'astaxanthine absorbe toutes les longueurs d'onde sauf le rouge-orangé, le complexe pigment-protéine, pour sa part ne renvoie que quelques longueurs d'onde dans les bleus. Si cette particularité s'est développée chez les homards, c'est certainement parce qu'elle leur conférait un avantage pour se camoufler.
Mais alors, que se passe-t-il lors de la cuisson ? Sous l'effet de la chaleur, la crustacyanine se délite, libérant le pigment orange qui rend notre homard si appétissant.


14/11/2017
0 Poster un commentaire